Modern technology gives us many things.

Le système, c’est quoi en fait?

0

 

Dans le discours de Ousmane Sonko il est toujours question d’un système, un ensemble de faits, une structure bien organisée, qui serait responsable de tous les maux dont souffrent les sénégalais et dont le démantèlement serait une conditions sine qua non pour l’accès de notre cher pays au dévelopement.

Depuis, certains se sont faits une idée très réductrice de ce système et le voient en fait comme constitué de l’ensemble des personnes qui ont eu à participer , de près ou de loin, dans la gestion des affaires du pays  depuis notre accès à l’indépendance et qu’il faudra à tout prix écarter de la future marche vers le progrès.

Le principal porteur de ce discours, Ousmane Sonko, ne cesse de repréciser sa perception de ce qu’est le système à chaque fois qu’il est interpellé sur la question, mais certains refusent toujours de comprendre et semblent chercher  à créer la confusion.

C’est quoi donc le système à abattre?

Ce système en question, ce ne sont pas des hommes, c’est plutôt ce vol organisé autour de nos maigres ressources qui fait que des gens, comme l’actuel locataire du palais, puissent réussir à thésauriser une fortune qui s’évalue en plusieurs milliards, en un temps record, en n’exerçant comme fonction que celle d’un ministre de la république ou de quelques sinécures.

Le système c’est cette façon de faire de la politique qui consiste non pas à chercher à satisfaire les besoins cruels des populations ou à résoudre les problemes séculaires auxquels elles font face, mais à s’enrichir, à transformer la république en un gateau à partager avec  ses amis,  parents et alliés.

Le système c’est cette façon de gouverner qui consiste à réduire l’appareil de la justice en un simple instrument  à usage crypto-personnel, en une arme pour l’élimination des opposants réels ou imaginaires ou encore en un moyen d’intimidation et de privation des libertés les plus fondamentales des individus telle que la liberté d’expression.

Le système, c’est cette attitude honteuse de nos chefs d’Etat qui consiste à chercher inlassablement à calmer l’insatiable gourmandise de certains marabouts ou seudo-chefs religieux, éternels transhumants, toujours à côté du pouvoir et jamais à celui du peuple, par des malettes d’argent ou par quelques autres faveurs que ce soit, dans l’éspérance de se bénéficier de consignes de vote de leur part au moment de briguer le suffrage des sénégalais

Le système c’est cette manière de gouverner qui consiste à donner des responsabilités stratégiques, telles que des ministères ou directions générales, à de parfaits incompétants qui n’ont pour mérite que d’avoir milité dans le parti au pouvoir.

C’est aussi cette façon immorale de faire de la politique, sans coviction ni vision, basée uniquement sur le mensonge, la perfidie, la sournoisie et j’en passe. Cette politique qui n’a réussi jusque là qu’à enrichir une certaine élite minoritaire au détriment de tout un peuple, à désacraliser le culte du travail qui ne permet plus de subvenir à ses besoins et à renouer davantage les chaînes qui nous maintiennent sous le Joug des puissances étrangères.

Enfin, c’est aussi l’attitude de certains hommes d’affaires, patrons de presse, chefs d’entreprise… qui cherchent par tous les moyens à se ranger derrière les gouvernants afin d’échapper impunément au payement des impôts, qui s’évalue à plusieurs centaines de millions, au détriment de notre trésor public.

Changer le système reviendrait donc non pas à marginaliser un certains nombre de sénégalais ou à les écarter de la gestion du pays mais plutôt à élire des dirigeants beaucoup plus responsables qui seraient capables d’assainir l’appareil d’Etat de tous ses vices et de mener une politique qui bénéficerait tous les sénégalais sans distinction aucune.

Serigne Modou Ndiaye, Élève au Lycée Seydina Issa Rouhou Lahi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.