Modern technology gives us many things.

Contesté par ses alliés: Karim Fofana apporte sa réplique

0

Le coordonnateur du Comité électoral de la coalition Benno Bok Yakaar au Point E a réagi à la sortie de ses alliés qui l’accusent d’être « sectaire » dans sa gestion de la campagne électorale. Interpellé par Karim Fofana réfute ces allégations et fait un petit rappel historique. « Ces petites histoires de Benno Bok Yakaa au Point E, ont commencé en 2016 quand on a voulu mettre sur pied le comité électoral pour les consultations référendaires. A l’époque, on est venu en assemblée générale, moi j’ai proposé qu’il n y ait pas de débats ou de vote pour élire le coordonnateur du comité électoral. Etant donné que Malick Diop est l’allié de l’APR au sein de Benno Bok Yakarr, on lui donne la coordination du comité électoral. Premier acte. », rappelle le patron de l’Agence de gestion du patrimoine bâti(AGEPE)

Deuxième acte: « Lors des élections législatives(2017), je reprends mes responsabilités et je dis qu’il ne doit pas y’avoir de débats, encore moins de vote. Maclick Diop a dirigé en 2016 par consensus. Qu’on donne à Mael(Pape) qui est un des leaders et qui est le plus âgé. »

Troisième acte: « On arrive en 2019, élection présidentielle. Normalement, on devait suivre la logique du fauteuil tournant entre les trois responsables directeurs généraux sur place. Mais on me dit: on a mis en place une conférence des leaders qui va décider maintenant u choix du coordonnateur du comité électoral. Ce que j’ai refusé. Les jeunes et tous les responsables qui sont avec moi ont refusé. Ils estiment qu’il n’appartenait pas à la conférence des leaders, qui n’existe même pas dans les textes de Benno Bok Yakaar-ça existe qu’au sommet- de choisir un coordonnateur. Donc, il appartenait à l’assemblée générale de choisir. Mes amis(de Benno) ne voulaient pas que ça se fasse par vote ou par consensus; ils voulaient juste imposer autre chose et détourner le vote ou la souveraineté des militants à la base. C’est ce que j’ai refusé ».

Et la première tentative de Benno pour élire un coordonnateur du Comité électoral s’est soldée par un échec suite à des échauffourées qui ont émaillé la rencontre. « Les jeunes ont peu montré leur mécontentement. Le samedi d’après, ils ont forcé en essayant d’organiser une conférences des leaders. Les jeunes de Benno Bok Yakaar ont indiqué qu’il n’était pas question qu’on le fasse. Le ministre Aamdou Ba nous a convoqué. Chacun a exposé sa version et le ministre Amadou Ba a dit: « je ne choisirai personne, c’est à vous de voir. Si vous voulez avoir un comité électoral, c’est bien. Si vous ne voulez pas l’avoir, ça ne pose pas de problème. Mais sachez que vous serez considérés comme des gens qui ne sont pas organisés(…). », raconte le Dg de l’AGPBE.

Karim poursuit son compte rendu: « Ensuite, il(Aamdou Ba) a dit: Mael(Pape) je t’invite à venir travailler avec moi dans la coordination départementale puisque tu as une envergure nationale. Malick Diop, tu as toujours travaillé dans le département, il faut venir avec moi dans le département. Et il m’a demandé de rester à la base. Néanmoins, il a dit que le choix du coordonnateur départemental, il appartient aux militants de le faire. Entendez-vous sut quelque chose, je vais entériner ».

Malgré l’absence de consensus autour de sa personne, le coordonnateur, Karim Fofana dit avoir tendu la main à ses détracteurs. « Ceux qui n’ont pas été choisis peuvent être mécontents. Moi je suis allé voir ceux qui m’accusaient de faire cavalier seul. C’était principalement Aissatou Lo, Aida Sy, Seydou Nourou Kane. On a fumé le calumet de la paix. Et le dimanche, on a monté le comité électoral », ajoute-t-il.

Dakar7

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.