Modern technology gives us many things.

Disparition de Sala: Nantes veut obliger Cardiff à payer 17 millions d’euros

0

L’attaquant était le plus gros transfert jamais réalisé par Cardiff, qui lutte actuellement pour le maintien en Premier League.

Le transfert de l’attaquant à Cardiff devait rapporter 17 millions d’euros au FC Nantes. Mais aucun versement n’a été fait.

La tragique disparition du footballeur Emiliano Sala est en passe de se transformer en bataille judiciaire. Le FC Nantes a demandé à deux avocats d’étudier les recours légaux possibles pour obliger le club de Cardiff à honorer le paiement du transfert d’Emiliano Sala.

L’attaquant nantais venait de signer pour trois ans et demi à Cardiff au moment de sa disparition. Il était le plus gros transfert jamais réalisé par le club gallois, qui lutte actuellement pour le maintien en Premier League. Les deux clubs s’étaient entendus sur un versement en trois fois, comme cela est relativement courant dans les grosses transactions.

Ultimatum de 10 jours

Selon une source proche du club, le premier versement des 17 millions d’euros que devait rapporter le transfert de l’avant-centre argentin vers le club gallois n’a pas été versé, alors que le transfert a bien été enregistré par les instances. Nantes envisagerait aussi de porter l’affaire devant la FIFA.

L’antenne de la BBC au pays de Galles affirme même que le club français a fixé un ultimatum de 10 jours aux dirigeants de Cardiff pour verser une première tranche de 5 millions d’euros avant d’engager des poursuites. Une source à Cardiff a assuré au média britannique que le club avait bien l’intention de payer le transfert, mais seulement quand « tous les faits » auront été tirés au clair.

Emiliano Sala, 28 ans, a disparu en mer le 21 janvier avec son pilote David Ibbotson, 59 ans, qui l’emmenait en avion vers son nouveau club. Dimanche, l’épave de l’appareil a été localisée par une équipe de recherche privée mandatée par la famille de Sala. Un corps a également été localisé lundi dans l’appareil et le Bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) tente de le récupérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.