Modern technology gives us many things.

Quatre personnes lynchées après des meurtres d’enfants

0

Des villageois en colère du sud de la Tanzanie ont lynché samedi quatre personnes accusées d’être impliquées dans le meurtre d’une fillette de sept ans dont le cadavre avait été découvert la veille, a-t-on appris dimanche de source officielle.

La fillette, Rachael Malekela, est la dernière victime en date d’une série d’une dizaine de meurtres d’enfants dans le district de Njombe, dans la province du même nom, depuis le début de l’année.« Habitants en colère »
« Après le meurtre de Rachael, des habitants en colère ont attaqué et tué à différents moments quatre personnes qu’ils soupçonnaient d’être impliquées dans le meurtre », a indiqué dimanche le gouverneur de la province de Njombe, Christopher Olesendeka, lors d’une réunion publique.

Il a assuré que les auteurs de ce quadruple meurtre étaient recherchés par la police.

Croyances superstitieuses
Les autorités administratives locales attribuent les meurtres d’enfants à des croyances superstitieuses, relevant que le ou les assassins prélevaient systématiquement les organes sexuels, les oreilles et la langue de leurs jeunes victimes.

Faire toute la lumière
Samedi, la cheffe du district de Njombe, Ruth Msafiri, avait annoncé lors de l’enterrement de la petite Rachael que le gouvernement avait dépêché sur place une équipe spécialisée de la police avec pour mission de faire la lumière sur cette série de meurtres qui continuent d’émouvoir la Tanzanie tout entière.

Appel à la population
Dans un communiqué reçu dimanche par l’AFP, 25 organisations de la société civile locale ont appelé les Tanzaniens à abandonner les croyances superstitieuses. « Nous exhortons le gouvernement à renforcer le contrôle de l’activité des guérisseurs traditionnels et de punir ceux qui sont à l’origine de violations des droits de l’homme », demandent ces associations.

Meurtres d’albinos
Ces meurtres d’enfants ont déjà été dénoncés par la représentation des Nations unies en Tanzanie. Ces dernières années, la Tanzanie avait fait parler d’elle en raison de meurtres d’albinos. Grâce à une campagne de sensibilisation menée conjointement par les autorités administratives et religieuses et à une vigilance accrue des forces de l’ordre, les attaques contre les albinos ont nettement diminué.

7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.