Modern technology gives us many things.

Cameroun : un journaliste attaqué avec un couteau devant son domicile

0

Les autorités camerounaises devraient immédiatement enquêter sur une attaque contre Paul Chouta, un reporter du site d’information privé Cameroon Web, et veiller à ce que ceux qui l’ont agressé soient rapidement traduits en justice, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

cameroun
Paul Chouta, reporter du site d’information privé Cameroon Web

Chouta a déclaré hier au CPJ que trois inconnus l’ont poignardé avec un couteau et l’ont battu alors qu’il quittait son domicile à Yaoundé peu après 6 heures du matin. Le journaliste a été soigné à la main droite, au coude et pour des contusions au visage. « Ils n’ont rien dit alors qu’ils ont commencé à m’attaquer physiquement »  a déclaré Chouta. « Mes voisins sont venus à ma rescousse et les assaillants se sont enfuis dans une Mercedes noire qui les attendait. »

Chouta et Emmanuel Vitus, rédacteur en chef de Cameroon Web, ont déclaré au CPJ qu’ils pensaient que l’attaque était une représailles. Vitus a dit soupçonner que l’attaque pourrait être liée à une interview de Facebook Live par Chouta le 22 janvier avec Paul Eric Kingué, le directeur de campagne du chef de l’opposition emprisonné au Cameroun, Maurice Kamto.

Kamto s’est mobilisé contre le président Paul Biya depuis la défaite des élections d’octobre, qu’il a qualifiées de frauduleuses, a rapporté Al-Jazeera.

« Nous exhortons les autorités camerounaises à veiller à ce que ceux qui ont attaqué Paul Chouta soient identifiés et punis conformément à la loi » a déclaré la coordinatrice du programme Afrique du CPJ, Angela Quintal, à New York. « Le gouvernement doit envoyer un message à ceux qui veulent réduire au silence et intimider les journalistes, leur déclarant que, juste parce qu’ils peuvent être en désaccord avec ce que la presse écrit ou dit, ils ne peuvent pas recourir à la violence et échapper à l’obligation de rendre des comptes. »

Vitus a déclaré que Chouta avait diffusé l’interview sur sa page Facebook personnelle, qui compte 54 000 abonnés, et que Cameroon Web l’avait partagée sur ses plateformes. Il a ajouté: « L’attaque n’est pas une surprise. Il reçoit régulièrement des menaces. » Vitus a déclaré que le journaliste avait reçu des commentaires menaçants sur les médias sociaux.

Chouta a signalé l’attaque à la police hier. La porte-parole de la police nationale, Joyce Ndjem, a déclaré au CPJ qu’elle ne faisait pas de commentaire par téléphone et que le CPJ devrait venir à Yaoundé pour demander son avis.

L’attaque de Chouta a eu lieu la même semaine que la police avait arrêté Théodore Tchopa et David Eyengue Nzima du quotidien privé Le Jour. Denis Nkwebo, rédacteur en chef adjoint de Le Jour et président du syndicat des journalistes camerounais, a déclaré au CPJ que les journalistes avaient été arrêtés alors qu’ils couvraient une réunion de l’opposition à Douala le 28 janvier. Les journalistes ont été libérés sans inculpation aujourd’hui, a déclaré Nkwebo .

Au moment du recensement annuel des prisons du CPJ, le Cameroun était le troisième pire prisonnier de journalistes en Afrique après l’Egypte et l’Erythrée, respectivement, avec au moins sept journalistes emprisonnés pour leur travail au 1er décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.