Modern technology gives us many things.

Brésil : Jaïr Bolsonaro…Son fils est dans la Mafia

0

Un juge de la Cour suprême a décidé, ce vendredi, de rouvrir une enquête concernant des mouvements suspects sur l’un des comptes bancaires du fils aîné de Jaïr Bolsonaro, ainsi que sur l’un des comptes d’un de ses assistants. L’épouse du chef de l’État est également visée par ces révélations.

Il y a un mois à peine, le nouveau président du Brésil, Jaïr Bolsonaro, prenait ses fonctions. Élu sur un programme ultra-libéral et anticorruption dans un pays marqué par les arrangements politiques en tous genres qui ont fait le lit de nombreux scandales ces dernières années, le voilà à son tour rattrapé par des déboires familiaux. En cause, son fils, Flavio, âgé de 37 ans, député de l’État de Rio depuis 2003 et fraîchement élu sénateur, qui est soupçonné de corruption et de liens avec une milice mafieuse de Rio de Janeiro.

Ce fils aîné, affectueusement surnommé le «garçon» («O garoto») par son père, a été pris dans une tempête médiatique début décembre, deux mois après son élection au Sénat et huit semaines avant sa prise de fonction. Les premières révélations ont lieu dans le cadre d’une enquête sur plusieurs députés et attachés parlementaires de l’État de Rio menée par le Conseil de contrôle des activités financières (COAF). Elles mettent au jour des «transactions atypiques» d’un montant total de 1,2 million de réais (environ 270.000 euros) en 2016 et 2017 sur le compte de l’assistant de Flavio Bolsonaro, Fabricio Queiroz. Une somme incompatible avec ses revenus et son patrimoine déclarés, selon les enquêteurs. Cet ancien chauffeur et garde du corps du fils du président, également policier militaire, est également soupçonné d’entretenir des relations avec une milice paramilitaire.

La COAF a également détecté 48 dépôts suspects sur l’un des comptes bancaires de Flavio Bolsonaro en juin et juillet 2017 pour une valeur de 96.000 réais (environ 23.000 euros). Des transferts liés à une transaction immobilière, a-t-il assuré. Un premier juge de la Cour suprême, Luiz Fux, avait accordé mi-janvier une injonction de suspension de l’enquête après une demande de Flavio Bolsonaro, retirant l’affaire au parquet de Rio de Janeiro au profit de la Cour suprême. Mais, ce vendredi, un juge de la plus haute instance judiciaire du pays a annulé cette injonction. Le juge Marco Aurélio Mello a estimé que cette mesure ne pouvait pas s’appliquer à Flavio Bolsonaro, qui n’a fait sa rentrée de sénateur que ce vendredi avec le début de la législature, et n’était qu’un dépuité régional de Rio de Janeiro à l’époque des faits faisant l’objet d’une enquête.

Autrement dit, une telle injonction poursuit le juge, ne peut concerner que les ministres et membres du Parlement fédéral, qui bénéficient ainsi du secret de l’instruction devant la Cour suprême et de la lenteur de la justice.

«Je fais de l’argent»

Cette décision constitue un revers pour Flavio Bolsonaro qui n’a cessé de clamer son innocence et de dénoncer un complot contre lui. D’autant que cette affaire atteint aussi Jaïr Bolsonaro qui a été élu notamment grâce à sa promesse de lutte sans pitié contre la corruption et a eu du mal à se distancier des soupçons pesant sur son fils aîné, et, également, sa propre épouse. Car l’un des mouvements suspects de Fabricio Queiroz est un versement de 24.000 réais (environ 5500 euros) sur le compte de Michelle Bolsonaro, aujourd’hui Première dame.

Le président a expliqué qu’il s’agissait du remboursement d’un prêt non déclaré mais le fisc va éplucher les comptes de son épouse. Jaïr Bolsonaro a également affirmé que son fils Flavio «devrait payer» si des malversations avaient été commises. Mais il a également pris sa défense. «Ce n’est pas juste de l’accuser pour tenter de m’atteindre», a-t-il déclaré à la chaîne TV Record. «Je suis un homme d’affaires. Je fais de l’argent, j’achète des voitures, je les revends», s’est quant à lui justifié Fabricio Queiroz sur la chaîne de télévision SBT.

Pour Leandro Gabiati, directeur des consultants Dominium Associados, «quand un gouvernement arrive si plein d’éthique et de morale» et que «soudain il y a des soupçons de corruption, les élus vont lui dire: “Tu as besoin de mes votes, mais comme tu es fragilisé, il va falloir que tu payes davantage”». «Il a fait une campagne très forte» sur la lutte anticorruption, juge pour sa part le politologue Carlos Pereira, de la Fondation Getulio Vargas (FGV) de Rio de Janeiro, «il est lié par cette promesse». Mais «en l’absence d’une coalition stable, les soupçons de corruption pourraient rendre le président très vulnérable», ajoute-t-il, en référence à son fils Flavio.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.