Modern technology gives us many things.

Equipe de France…Deschamps aurait trahi Benzema

0

Karim Djaziri, ancien agent de Karim Benzema, assure que Didier Deschamps a été contraint de ne pas sélectionner l’attaquant pour l’Euro 2016 après lui avoir assuré qu’il ferait le contraire, au moment d’une relation entre les deux hommes qui était « presque père-fils ».

Invité de l’After Foot, Karim Djaziri, ancien agent de Karim Benzema, est revenu sur les circonstances qui ont fait manquer l’Euro 2016 à l’attaquant, pris dans la tourmente médiatique avec l’affaire du chantage de la sextape à Mathieu Valbuena. L’ancien conseiller du Madrilène estime qu’il n’a pas été retenu en raison de pression politique et notamment celle de Manuel Valls, Premier ministre au moment des faits.

« Deschamps l’aurait pris » pour l’Euro 2016

« Bien sûr qu’il y a eu des forces politiques, explique-t-il. Même la Fédération se disait: ‘qu’est-ce qu’on fait? On n’a pas de courage, on ne le fait pas’. Deschamps l’aurait pris. C’est un mec très pragmatique. On peut lui trouver tous les défauts mais s’il veut gagner, il peut prendre l’amant de sa femme et il va le faire jouer pour gagner la Coupe du monde. Deschamps, c’est un mec qui veut gagner. »

« Ils avaient une relation extrêmement proche, c’est presque père-fils »

« Didier Deschamps appelait régulièrement Karim, il prenait tout le temps des nouvelles, poursuit-il. Puis, il a coupé le son et l’image. Un jour, le président m’appelle et il m’a dit: ‘il faut que Karim appelle Deschamps’. On avait déjà compris depuis un moment, il y avait un petit cinéma, Karim me dit: ‘ce n’est pas normal, d’habitude, c’est lui qui m’appelle’. Ils avaient une relation extrêmement proche, c’était presque père-fils. Il (Deschamps, ndlr) n’a pas été instrumentalisé, il a été obligé. »

« T’inquiètes pas, tu feras l’Euro »

« Aujourd’hui, Didier Deschamps ne peut plus regarder Karim dans les yeux. Karim, c’est un mec qui n’est pas rancunier mais Didier Deschamps, vu la relation qu’il avec Karim, il ne peut plus le regarder dans les yeux. Parce qu’au plus fort de la tempête, il lui disait: ‘t’inquiètes pas, tu feras l’Euro’, ‘sans toi, je ne peux pas gagner’. Un jour, il l’a appelé et a dit: ‘Karim, tu comprends, j’ai de la pression, le public, etc’. Karim lui a dit ‘bon courage’ et il n’a pas voulu en savoir plus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.