Modern technology gives us many things.

Diaw Fara à la jeunesse : « Ne vous sacrifiez pas pour des intérêts personnels »

0

A cette opposition, la jeunesse ne sera plus votre bouc émissaire. On va brûler ce pays, il n’y aura pas d’élection, Macky Sall ne vas participer à la Présidentielle, voici les phrases incendiaires les plus utilisées ces derniers temps par une minorité qui ne compte que sur une jeunesse et de sa fougue. Mais doit-on cautionner d’être des seconds couteaux quand ces gens même qui appellent à l’insurrection ne sont présents que sur les réseaux sociaux? J’ai l’habitude de dire que cette jeunesse dont j’en fais partie est sans doute la plus républicaine mais souvent tant influençable. Aujourd’hui, en 2019, nos priorités devraient être la hausse de l’emploi, de l’entrepreneuriat, et des conditions meilleures pour notre système éducatif. Il est temps de laisser la violence faite à nous-mêmes car en détruisant des biens publics on se détruit moralement mais financièrement. Dites-moi si un politique qu’il soit de la mouvance Présidentielle ou de l’opposition a déjà perdu son propre enfant dans des heurts qui pour la plupart ne nous concerne point excepté ceux pour la lutte de la démocratie. On doit agir oui mais ensemble et dans la l’égalité car je n’ai jamais eu un membre de cette classe politique courir derrière les cars Ndiaga Ndiaye, Rapide ou bus rien que pour aller vaquer à leur occupation. Un leader politique venir en transport en commun dans une manifestation et sans garde du corps, si cela ne suffit plus comme preuves alors là je saurais qu’on aura vraiment atteint le fonds dans ce pays. On a tous le droit de militer pour un parti oui de participer à des marches pacifiques de dénoncer le système mais pas de détruire ce que nos grands de ce pays ont réussi à bâtir avec l’humilité et patriotisme. Je refuse d’être sacrifié pour des intérêts crypto-personnels, je suis jeune mais moi aussi je veux faire partie de cette future élite qui a perpétué les concepts de la bonne gouvernance au Sénégal. On a le droit d’être en colère mai force est de constater que tout n’est pas mauvais dans ce pays, on tend vers une nouvelle ère mais faisons le pacifiquement ou au moins respectons nos institutions en l’occurrence, le Président de la République, Macky Sall. Il faut dire stop à cette forme de contestation car force restera à la loi m’a-t-on appris à l’école. Ne me lisez pas comme un leader du parti au pouvoir non mais comme un jeune qui a confiance à son gouvernement mais encore plus à sa jeunesse mature et responsable qui doit reprendre le flambeau politique d’ici peu. On ne peut pas satisfaire tout le monde et apprenons à nous émanciper déjà afin de ne compter sur personne pour avancer et garder espoir qu’un jour, on sera tous dans un meilleur monde ici au Sénégal. Assez de violence gratuite dans les réseaux sociaux aussi nous fera le plus grand bien car on a besoin de cette énergie non pas pour nous détruire mais pour nous émerveiller et prouver au Président, à nos parents que la relève se porte bien. Tout acte a une conséquence, tâchons d’être irréprochable, allons voter et récupérer nos cartes puis laissons le destin faire son bout de chemin jusqu’au soir du 24 février prochain. Pour ceux qui disent que le pays va mal je leur somme d’aider les jeunes de leur quartier car l’État ne peut pas tout faire si vraiment ils sont mus par l’intérêt d’un Sénégal meilleur. Il y aura toujours à faire et à dire mais faisons le bien car nous sommes les héritiers de Serigne Touba, Mame El hadj Malick Sy, Thierno Oumar Foutiwou Tall, Baye Ibrahima Niasse, Serigne Issa Laye mais aussi de Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia et j’en passe. L’histoire retiendra que ceux qui l’ont écrite alors luttons afin que nos noms soient à jamais liés à la scène politique du pays par le bien. Ceci est un rappel à cette jeunesse sénégalaise de Dakar à Bandafassy, qu’il est de notre devoir d’être les gardes fous de nos institutions et non les destructeurs, je vous renouvèle ma confiance et mon espérance afin de faire de ces élections la  plus transparente et démocratique du Sénégal. On mérite mieux que les premiers pages des journaux ou les faits divers, des gens comptent sur nous et ainsi vice versa, alors prenons conscience que les choses changeront seulement que si nous le faisons dans les règles de l’art. Faire aussi un petit plaidoyer à l’État de nous accompagner encore plus dans la formation et l’emploi car une jeunesse forte est une jeunesse en vie. Et à tous ceux qui croient que leur avenir est scellé je leur demande encore de croire au destin car il est tellement pleins de surprises, que dieu nous bénissent tous et vive le Sénégal multicolores.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.