Modern technology gives us many things.

Gabon : elle dénonce l’appui de la France à la dictature Bongo

1

« Toute possibilité d’alternance démocratique est verrouillée »

Laurence Ndong est l’auteure de Gabon, pourquoi j’accuse. Cette opposante dénonce l’appui de la France à la dictature du clan Bongo, qui se perpétue de père en fils depuis un demi-siècle.

De quoi ce putsch avorté à Libreville est-il le symptôme ?

Laurence Ndong : La situation du Gabon est catastrophique. Le régime s’y perpétue depuis cinquante ans, le fils ayant succédé au père. Le clan Bongo a confisqué le pouvoir, verrouillant toute possibilité d’alternance démocratique. Toutes les élections sont truquées en faveur de ce clan, qui n’hésite pas à déchaîner la violence contre ses opposants, comme en 2016, lors de l’assaut sanglant des forces de sécurité contre le quartier général du candidat à la présidentielle Jean Ping. Le bilan de ce régime ? Les conditions de vie de la population se dégradent, le pays est en faillite, ruiné. Mais ils ne veulent rien changer : ils continuent de piller les richesses du pays. Le ras-le-bol est aujourd’hui généralisé.

Ailleurs sur le continent, ce sont plutôt des mouvements populaires qui contestent les régimes autoritaires…

Laurence Ndong : Au Gabon comme ailleurs, les mouvements citoyens s’organisent, mais les dictateurs en prennent de la graine. Sous le régime d’Ali Bongo, toutes les manifestations sont interdites, réprimées dans le sang. Risquez un nez dehors et vous vous exposez à des tirs à balles réelles. C’est une stratégie de la peur, pour dissuader les populations de gagner la rue.

Quel rôle la France joue-t-elle encore aujourd’hui dans le maintien de cette dictature ?

Laurence Ndong : L’appui de Paris à cette dictature ne s’est jamais démenti. Bongo père est arrivé au pouvoir avec le soutien de la France. Le passage en force de 2009 pour installer Bongo fils a reçu la bénédiction de Nicolas Sarkozy. En 2016, François Hollande a gardé le silence sur le trucage des élections et la répression postélectorale. En campagne, Emmanuel Macron estimait que l’élection d’Ali Bongo comportait des zones d’ombre et qu’elle méritait un jugement distancié. Mais le même donnait l’accolade à ce tyran au dernier Sommet de la francophonie à Erevan (Arménie). Les autorités françaises se sont toujours montrées favorables au régime des Bongo, quels que soient ses agissements contre le peuple gabonais.

Le contexte régional, politiquement incertain, contribue-t-il à fragiliser le régime d’Ali Bongo ?

Laurence Ndong : Il faudrait se demander pourquoi les pires dictatures du continent se concentrent désormais dans la zone la plus riche du pré carré français. Un seul exemple : au Cameroun, Paul Biya, 86 ans, au pouvoir depuis trente-cinq ans, qui réside en Suisse dix mois sur douze, a été « réélu » le 22 octobre dernier pour un septième mandat. Personne, dans la communauté internationale, n’y trouve à redire. Or, quand les populations ne voient pas d’issue, quand les urnes ne parlent plus, comment se débarrasser de ces régimes anachroniques et répressifs ?

Ces situations de blocage sont préoccupantes et dangereuses. Je suis convaincue que le changement n’adviendra que par des luttes non violentes. Hélas, la tentation de la violence existe. Nous devons rester vigilants pour que le pouvoir revienne au peuple, que la démocratie s’installe. Il est hors de question de laisser une dictature succéder à une dictature.

1 commentaire
  1. andre menie dit

    Cette femme, elle a toujours eu un franc-parlé et c’est un exemple d’intégrité au Gabon . un jour, si elle a des envies sur la présidence je voterais pour elle . Gabon mon pays

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.