Modern technology gives us many things.

Burkina : la lettre salée du président au ministre des Finances…

1

Dans une lettre, le président burkinabè a jugé «exagérée» l’augmentation des taxes douanières.

Les travailleurs des douanes ont peu goûté le courrier adressé par Roch Marc Christian Kaboré au ministre des Finances, dans lequel il demande des explications sur la hausse « exagérée » des taxes après la reprise en main par le service de douane des contrôles et de la taxation des marchandises.

Dans son courrier, le président du Burkina Faso souligne que les opérateurs économiques observent une augmentation « exagérée et inexplicable » des droits qu’ils payaient jusque-là, c’est-à-dire avant que les services de douane ne reprennent le contrôle des marchandises à l’importation.

Tout en demandant des explications au ministre de l’Economie et des Finances, le président Roch Marc Christian Kaboré l’invite à trouver des solutions urgentes et rapides afin de juguler les problèmes que rencontrent les commerçants. Le chef de l’Etat craint une répercussion de cette augmentation « incompréhensible » sur les produits de grande consommation, selon un membre du gouvernement.

Le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) se dit « scandalisé » par ce courrier du président burkinabè. Mathias Kadiogo explique que les services de douane ne font qu’appliquer les textes comme l’exigent les premières autorités du pays. Résultat, les recettes augmentent même si cela crée quelques grincements au niveau de certains commerçants. « Nous pensons plutôt que le président devrait encourager les douaniers pour l’augmentation des recettes », conclut-il.

1 commentaire
  1. Cool dit

    L’augmentation des recettes de l’etat doit suivre une procédure. Les commençants ont-ils été informé d une augmentation quelconque ? Nul n’est censé ignoré que cette augmentation de la taxe douanière à l’importation pourrait conduire à une hausse des prix des produits importés. Et ce sont les ménages qui verront une baisse de leur panier et constatera une vie encore plus chère. Enfin de compte, l’etat constatera un mouvement social. À mon humble avis, le Président est dans son plein droit de demander des explications. Les commerçants doivent être au courant de l’application de ces textes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.