Modern technology gives us many things.

Les écoutes téléphoniques accablantes du footballgate

0

L’agent de joueurs Dejan Veljkovic était en contact téléphonique très étroit avec les arbitres Bart Vertenten et Sébastien Delferière, ressort-il des procès-verbaux d’écoutes qu’a pu consulter Het Laatste Nieuws et qui sont en partie rapportés par La Dernière Heure mercredi. Ces échanges indiquent clairement que les deux hommes en noir se sont laissés corrompre pour truquer la compétition.

    Les contacts les plus réguliers concernent Bart Vertenten, auquel l’agent au centre du scandale de fraude présumée dans le football belge rappelle, quelques jours avant qu’il soit amené à diriger un match entre l’Antwerp et Eupen et que le « plus important », c’est que les Anversois s’imposent. La conversation entre les deux hommes se déroule deux jours avant le match, prévu le 3 mars 2018. Les enquêteurs entendent Vertenten se réjouir qu’il n’y a pas de VAR pour cette rencontre. « C’est plus facile », lâche-t-il. Lors de cette même discussion, Veljkovic conseille à son interlocuteur de ne plus trop parler au téléphone « car on ne sait jamais qui écoute ». Il ajoute qu’il fera du lobby auprès des journalistes sportifs pour qu’il reçoive une bonne note.

« Ce penalty est fantastique »
Après cette rencontre lors de laquelle l’arbitre a sifflé un penalty imaginaire, Dejan Veljkovic se félicite de la phase par téléphone auprès du dirigeant malinois Thierry Steemans. « Ce penalty était fantastique », lance-t-il à son interlocuteur. Peu après minuit, il appelle également Mats Rits, alors en concurrence avec Eupen pour éviter la relégation, selon les écoutes. « C’est discutable mais il siffle au moins penalty », confie-t-il à l’actuel Brugeois.

Avant un autre match, face à Charleroi, l’agent assure également à Thierry Steemans que Vertenten « a bien compris ce qu’il avait à faire ». Si les écoutes ne sont pas claires quant aux compensations obtenues par l’arbitre, le ton des conversations démontre qu’ils sont très proches, précise Het Laatste Nieuws.

« Leko a dit qu’il ne voulait pas être mêlé à cela »
Lors d’une conversation en février avec l’entraîneur de Bruges Ivan Leko, Dejan Veljkovic se vante encore que Vertenten soit « sous contrôle ». « Veljkovic a dit des choses suspectes mais Leko a dit qu’il ne voulait pas être mêlé à cela. La justice ne lui reproche d’ailleurs rien à ce sujet », a réagi son avocat, Walter Van Steenbrugge, qui rappelle que le coach du Club de Bruges est uniquement soupçonné de blanchiment d’argent. En cause: une prime douteuse qu’il aurait perçue lors de sa période comme coach à OHL.

Hanni blanchi
Quant à Delferière, il apparaît qu’il aurait promis à l’agent – et obtenu – que Sofiane Hanni, qui fait partie de l’écurie du Serbe, ne soit pas suspendu à la même période alors qu’il risquait une sanction pour un coup volontaire lors d’un match face au Standard. Plus concrètement, l’arbitre appelle Veljkovic en février 2018. Il lui explique qu’il se rend à l’Union belge aujourd’hui et « qu’il fera en sorte que le joueur algérien ne soit pas suspendu. Comme ça, il pourra directement rejouer s’il revient en Belgique ». L’agent et l’arbitre sont sur écoute.
En échange, l’arbitre numéro 1 en Belgique s’est vu proposer des cadeaux et a notamment reçu un versement de 10.000 euros. Dejan Veljkovic a assuré aux enquêteurs qu’il ne s’agissait que d’un prêt pour l’achat d’une voiture, mais les écoutes révèlent que cet argent était un « don » destiné à l’école de football de Sébastien Delferière. L’arbitre aurait également reçu une prime de 500 euros pour la naissance de sa fille. Pour la justice, les choses semblent claires, Sébastien Delferière est corrompu.

Voyage à Belgrade, télé, job
Selon les enquêteurs, Veljkovic fait tout pour se lier à son ami « Séba ». Quand ce dernier laisse entendre qu’il a des petits soucis financiers, l’agent lui demande combien il a besoin. Delferière lui répond que ce n’est pas nécessaire. Un petit week-end à Belgrade avec leurs épouses? Une télé écran plat ou une nouvelle machine à café? Delferière refuse. En revanche, quand Veljkovic lui propose de lui trouver un bon job après sa carrière d’arbitre, Delferière ne dit pas « non ».

 

 

7sur7

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.