Modern technology gives us many things.

Abdoul Mbaye: « je serai le Président qui montrera la voie de la droiture »

0

Profession de foi de Abdoul Mbaye

Candidat de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail

A la croisée des chemins où se trouve dramatiquement  notre cher et beau pays, soumis dérive après dérive, à une descente inexorable vers l’abîme, du fait d’une gestion  familiale et clanique, calamiteuse et dispendieuse, lésant au plus haut point les fondements de sa stabilité, de son unité et la préservation de ses ressources stratégiques  ainsi que  la défense de ses intérêts supérieurs, il est devenu un impérieux  devoir, de se lever, de faire face  et de proposer une autre voie.

Tel est le sens de l’ardent engagement qui m’a fait cesser d’être simple citoyen pour devenir acteur politique comme nombre d’hommes et de femmes qui partagent la même vision. Sans doute  le choix  aurait-il pu être difficile. Car il a fallu vaincre une aversion ancienne de tous ces comportements que je décryptais comme caractéristiques de la politique au Sénégal. Egalement vaincre  les résistances de mes proches. Mais l’amour de mon pays et le souci de l’avenir de notre vibrante jeunesse,  étant  au-dessus de tout, ont  fini de me convaincre de prendre des risques que je savais certains.

A ce jour, rien n’a pu ébranler ma décision  de servir notre patrie autrement que je ne  l’avais fait jusqu’à la veille de mon entrée en politique.

Demain me laissera constant dans ce choix d’achever ce que je considère comme l’avant derrière étape de ma vie d’homme, en me mettant au service d’un sacerdoce : donner de ma force et de tous mes autres moyens à une « politique autrement » conduite dans notre pays.

Mon expérience professionnelle fut longue ; pendant que s’écoulait son temps,  je me suis en toutes circonstances efforcé de demeurer fidèle à une ligne de conduite: j’ai placé, je place le respect de ma parole, de mes promesses, de mes engagements, de la vérité, au dessus de toute autre valeur humaine.

La politique et les responsabilités qu’elle pourrait me faire assumer, jamais ne me feront renoncer à cette ligne, jamais ne me feront prendre le risque d’éroder ou de sacrifier une réputation bâtie sur une longue période avec le souci de ne point trahir un précieux héritage à la fois biologique et spirituel.

Alors, Chers compagnons, chers concitoyens, n’ayez crainte : Abdoul Mbaye saura porter « le souvenir du fardeau de ses promesses », respecter les engagements qu’il a pris ; ceux d’hier, ceux aujourd’hui pris à l’occasion du Congrès que nous venons de tenir, ceux qu’il prendra dans le futur.

Vous avez décidé de faire de moi votre candidat pour les prochaines élections présidentielles. Vous souhaitez ardemment que je sois celui qui guidera l’action de reconstruction dont notre pays a grandement  besoin. Vous souhaitez  également que je sois le candidat de l’espoir ; espoir d’une jeunesse désorientée face à des issues bouchées, espoir aussi de parents qui, non encore résignés, considèrent toujours possible de sortir des affres d’une misère qui à force de durer est considérée fatalité.

Soyez assurés que j’ai une forte conscience de la lourde charge que vous avez choisi de me confier. Elle est d’abord de retrouver l’exemple du bon dirigeant en république et en démocratie; celui qui retient et accepte que les gouvernants soient des serviteurs et non des maîtres. En matière de gouvernance, nous serons, à nouveau, exemple pour l’Afrique. Nous serons exemple aussi pour le reste du Monde. De nouveau le Sénégal figurera parmi les grands pays respectés dans le concert des nations.

Sénégalaises, Sénégalais,  Chers Compagnons,

Si Dieu, votre vote et celui de nos concitoyens viennent à déposer entre mes mains et sur mes épaules la charge suprême de GUIDE de la Nation Sénégalaise, vous aurez alors fait le choix de confiance en faveur d’un homme qui n’aura d’autre peine que celle de se mettre à votre entier service.

J’aurais ainsi respecté la mémoire du juge Kéba Mbaye. Ce sera un autre moyen de rendre heureux outre-tombe, le vieil homme qui au soir de sa vie, nous laissait encore quelques leçons de sagesse et un avertissement alors qu’il se savait proche  de sa dernière demeure.

Sénégalaises, Sénégalais,  Chers Compagnons,

Je serai alors le Président qui montrera la voie de la droiture, le Président des choix patriotiques, le Président  du travail,  le Président du  respect de la parole donnée et des engagements, et le Président qui rallumera la flamme de l’espérance dans le cœur de notre ardente jeunesse, dans un Sénégal de paix, de liberté, de solidarité et de progrès.

Je prends l’engagement de remettre, ou de mettre, l’ensemble des structures de  l’État au service des intérêts des populations sénégalaises par la réduction du pouvoir présidentiel et le juste rééquilibre des pouvoirs de nos institutions.

Je prends l’engagement de consacrer les ressources de la nation exclusivement à la construction du mieux être de notre peuple. Celui aussi de lutter de toutes mes forces contre les détournements qui le privent de ce qui lui appartient au profit de lobbys, de clans et de familles.

Je prends l’engagement d’être le Président de tous les Sénégalais, sans exclusive aucune, de n’en négliger aucun, de n’en ignorer aucun, d’avoir le respect de toute pensée, y compris celles contraires à la mienne qui s’exprimeraient avec le souci de bien faire pour notre chère nation.

Sénégalaises, Sénégalais,

Ne désespérez pas de la politique. Ne désespérez pas de votre futur. Tant de promesses trahies et tant d’espoirs déçus ne sont que conséquences de choix électoraux qui ne pouvaient porter que sur des politiciens professionnels.

Aujourd’hui, une autre politique est possible. Une autre politique capable de lutter pour éradiquer la faim et la pauvreté, améliorer notre  système de santé, redresser notre système éducatif et remettre notre peuple au travail. Pour ce faire, vous  avez toutes les cartes en main et la capacité d’orienter favorablement le cours des choses  et d’avoir un autre destin plus à même de vous réjouir. Cette politique  se construira  sur les valeurs. Les femmes et les hommes qui les incarnent ont choisi  d’ores et déjà de se mettre à la disposition de leur Nation.

Avec eux tous, Sénégalaises, Sénégalais, reconstruisons ensemble le Sénégal.

Vive la République !

Vive la démocratie dans notre cher pays.

DAKAR, le 30 septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.