Modern technology gives us many things.

Prin­cesse Diana : son récit terri­ble­ment triste de son mariage et de sa lune de miel

0

À quelques semaines du ving­tième anni­ver­saire de la mort de Lady Diana, c’est la prin­cesse défunte elle-même qui, par le biais d’en­re­gis­tre­ments audio, raconte son mariage et les jours qui ont suivi. Un récit d’une tris­tesse poignante.

Sur le papier l’union de Diana et du prince Charles semblait direc­te­ment sorti d’un conte de fées. Une jolie jeune femme blonde de 20 ans, bien née, dont le charme natu­rel fait succom­ber l’hé­ri­tier de la couronne britan­nique. A priori, que deman­der de plus ? Sauf qu’en lieu et place du tradi­tion­nel « ils se marièrent et vécurent très heureux », c’est plutôt « ils souf­frirent, se déchi­rèrent et finir par divor­cer » qu’ils eurent en guise de conclu­sion.

À quelques semaines du ving­tième anni­ver­saire de la mort tragique de la prin­cesse des cœurs, un livre inti­tulé Diana : sa véri­table histoire, vient d’être réédité (le premier tirage date de 1992) avec l’ajout d’en­re­gis­tre­ments audio de la défunte, qui tenait à livrer sa propre version de son histoire. Des cassettes enre­gis­trées en 1991, où Lady Di raconte sans fard son histoire, dont des extraits ont été publiés par le Daily Mail, en la débu­tant quarante-huit heures avant son union avec Charles. Et une chose est sûre : leur mariage était voué à l’échec depuis le départ…

 

« On s’est mariés le mercredi [29 juillet 1981]. Le lundi [précé­dant] nous étions allés à Saint Paul pour une dernière répé­ti­tion, et c’est quand les lumières des camé­ras se sont allu­mées que j’ai su à quoi ça allait ressem­bler. […] J’es­sayais déses­pé­ré­ment d’être adulte face à cette situa­tion, mais je n’avais pas les fonde­ments pour l’être, et je ne pouvais parler à personne. […] La nuit avant le mariage j’ai eu une crise terrible de bouli­mie. J’ai mangé tout ce que j’ai pu trou­ver, ce qui avait fait rire ma sœur [Jane] qui était venue passer la nuit avec moi à Clarence House. […] J’ai été malade comme un chien cette nuit là. C’était une sacrée indi­ca­tion de ce qui se tramait. »

 

Nauséeuse, stres­sée, apeu­rée et terri­ble­ment seule, Diana s’était réveillée à 5 heures du matin le jour J, et dans un état d’es­prit pour le moins inquié­tant : « J’étais très, très calme, mortel­le­ment calme. Je me sentais comme un agneau qu’on mène à l’abat­toir. Je savais que je ne pouvais rien y faire. [Je venais de passer] ma dernière nuit de liberté avec Jane à Clarence House ».

La suite, 750 millions de personnes y ont assisté devant leur poste de télé­vi­sion, et on pu consta­ter la triste mine qu’af­fi­chaient les deux promis. « Terri­ble­ment anxieuse de devoir faire la révé­rence devant la Reine », Diana s’était aussi souve­nue de s’être dit qu’elle était incroya­ble­ment chan­ceuse de pouvoir épou­ser l’homme qu’elle aimait, et qui « allait prendre soin [d’elle] », un souve­nir qu’elle avait immé­dia­te­ment assorti d’un « Eh bien j’avais tort sur ce coup là ! ».

 

Une fois leurs consen­te­ments pronon­cés, le prince Charles et son épouse avait salué la foule depuis le balcon du palais, un moment « terri­ble­ment chaleu­reux » et « merveilleux ». La suite le fut moins : « J’étais assise à côté de Charles durant le repas du mariage, qui était en fait un déjeu­ner. Aucun de nous deux n’a parlé à l’autre – nous étions en mille morceaux. J’étais épui­sée par tout cela. » Un silence et un manque de commu­ni­ca­tion annon­cia­teur de leur lune de miel.

Durant leur séjour à Balmo­ral, une rési­dence royale située en Ecosse, Lady Diana a pris petit à petit conscience qu’elle n’était pas et ne serait certai­ne­ment jamais, la prio­rité de Charles. Ni celle de la famille royale. « La deuxième nuit [à Balmo­ral], [Charles] a sorti des livres qu’il n’avait pas eu le temps de lire. Il en avait empor­tés sept pour notre lune de miel ». Après l’Ecosse, c’est à bord du Britan­nia, un paque­bot royal, que Charles et Diana ont séjourné. Là encore, l’in­ti­mité n’était pas au programme : « Il y avait 21 offi­ciers et 256 homme d’équi­page sur le bateau. Et nous devions diver­tir l’élite [de la société britan­nique] chaque soir à bord du Britan­nia, il n’y avait jamais de moment à nous deux. Je trou­vais ça très diffi­cile à accep­ter. »

Stres­sée et déçue, Diana avait « jusqu’à quatre crises de bouli­mie » par jour à cette période. « Tout ce que je trou­vais je l’en­glou­tis­sais et j’étais malade deux minutes après. [J’étais] très fati­guée. […] Je me souviens avoir pleuré toutes les larmes de mon corps durant notre lune de miel. J’étais épui­sée, et pour de bien mauvaises raisons ».

Voici

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.