Modern technology gives us many things.

Braquage de Kim Karda­shian : soupçonné puis blan­chi, son chauf­feur décrit sa vie boule­ver­sée

0

C’est un long témoi­gnage que vient de livrer Michael, chauf­feur de Kim Karda­shian lors de son agres­sion pari­sienne. Suspecté puis blan­chi, le jeune homme parle pour la première fois.

L’enquête est toujours en cours suite au braquage de Kim Karda­shian lors de la fashion week pari­sienne en octobre 2016. Mis en examen et entendu par la justice lors des inves­ti­ga­tions , Michael était le chauf­feur privé de la star de télé­réa­lité lors des faits. Suspecté d’avoir été complice des braqueurs puis blan­chi, l’homme de quarante ans vient de briser le silence sur l’an­tenne de RTL matin. A l’ins­tar de sa célèbre cliente qui s’était retrou­vée ligo­tée dans sa suite, Michael s’avoue toujours sous le choc. « Ça fait peur. On se dit que ça n’ar­riva qu’aux autres mais pas à nous, souligne-t-il. On me dit qu’il y a une partie de ma famille qui est impliquée. Et là c’est un deuxième coup qui tombe [la police soupçonne son frère d’avoir donné le rensei­gne­ment aux braqueurs, ce que Michael ne savait pas au moment de son inter­pel­la­tion ndlr]. Je suis soupçonné, je suis choqué, je me dis qu’il y a une trahi­son… »

Tota­le­ment K.O. lors de son inter­pel­la­tion, Michael met beau­coup de temps à comprendre ce qui lui arrive sur le coup. « Quand on n’a rien fait et qu’on a fait juste son boulot de chauf­feur, on se dit « Qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ils me mettent en garde à vue ? », ajoute-t-il. Y’a quand-même ce stress de voir des délinquants… J’ai côtoyé ces gens-là qui étaient des braqueurs. Ça fait bizarre. On n’est pas dans un simple commis­sa­riat de police. On est au 36 quai des Orfèvres. Quand j’ar­rive avec eux, on m’a dit « Profi­tez de monter ces esca­liers, de grands crimi­nels l’ont fait »… Ils ne m’ont pas détruit. Mais, ils m’ont fait du mal. »

Au centre – malgré-lui – d’un tour­billon média­tique, Michael tente de se proté­ger. Rien à faire. Son nom fuite et son employeur doit répondre de ses accu­sa­tions. « Je vois que ça fait du mal à ma société [de chauf­feurs privés ndlr]. On reçoit des mails de clients qui nous demandent ce qu’il se passe, raconte-t-il. Beau­coup de gens posent des ques­tions. La famil­le… Sur Inter­net, je suis condamné […] Ça m’a dérangé parce que mes enfants, quand ils seront plus grands – si les Karda­shian sont toujours connus – c’est des choses qui pour­ront ressor­tir. »

Aujourd’­hui, Michael crie à l’injus­tice et ne sait pas trop comment sortir de toute cette histoire indemne. « Je peux tout accep­ter, conclut-il. On peut être venu me cher­cher parce qu’on m’a soupçon­né… Mais quand ça m’em­pêche de travailler, ça je ne peux pas accep­ter. Aujourd’­hui, je suis très en colère. Je suis une victime colla­té­rale des braqueurs et ma famille a été victime de ça. Ce qui ne dérange le plus, c’est que mon nom soit cité. Que je sois dans des fichiers, mélangé avec les plus gros crimi­nels. C’est ça qui me dérange. J’ai envie d’être la personne la plus lambda. Comme si je n’exis­tais pas. Je veux rede­ve­nir quelqu’un qui n’existe pas en fait. C’est stres­sant à chaque fois qu’il y a un contrôle de poli­ce… J’y pense tous les jours. Il n’y a pas un moment où je n’y pense pas. »

Voici

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.