Modern technology gives us many things.

Joce­lyn Wilden­stein, la femme chat, est ruinée : elle n’a même pas de quoi s’ache­ter à manger

0

Depuis neuf mois, Joce­lyn Wilden­stein ne reçoit plus sa pension alimen­taire mensuelle de 111 00 dollars. Et vu son train de vie, ce qui lui restait de fortune s’est vite envolé : elle assure qu’elle n’a aujourd’­hui même plus les moyens de se nour­rir.

On se deman­dait de quoi pouvait bien vivre Joce­lyn Wilden­stein, la célèbre socia­lite new-yorkaise. On a désor­mais la réponse : la quasi-tota­lité de son incroyable train de vie, entre voitures de luxe, chirur­gie et voyages en jet privé, était jusqu’ici finan­cée par sa pension alimen­taire tita­nesque de 111 000 dollars par mois, obte­nue suite à son divorce très média­tisé de 1998. Souve­nez-vous : à la fin des années 1970, Joce­lyn avait épousé le milliar­daire Alec Wilden­stein. Le temps passant, elle avait voulu faire plai­sir à son mari en faisant de la chirur­gie esthé­tique. Ce dernier aimait les félins, elle s’est trans­for­mée en femme chat. Une bien mauvaise idée : en décou­vrant le nouveau visage de sa femme, Alec a hurlé de terreur et demandé le divorce.

Au terme de cette sépa­ra­tion qui avait fasciné les foules, Joce­lyn avait notam­ment surpris Alec au lit avec un mannequin russe de 18 ans. Pris sur le fait, le milliar­daire l’avait mena­cée avec un revol­ver. Un geste qui a gran­de­ment joué en la faveur de son ex-épouse : lorsque le divorce a été prononcé, elle a obtenu un château en France, un ranch au Kenya, un hôtel parti­cu­lier à New York (celui où elle avait surpris son mari en plein adul­tère, douce ironie) et pas moins de 2,4 millions de dollars de pension annuelle. Jusqu’ici, une bonne partie servait à main­te­nir en état ses proprié­tés, et le reste – 111 000 dollars par mois, donc – lui permet­tait de vivre au quoti­dien. Mais ça c’était avant.

Dans un entre­tien avec la jour­na­liste Daphne Barak, dévoilé en avant-première par le Daily Mail, Joce­lyn Wilden­stein révèle qu’elle n’a plus d’argent. La socia­lite de 76 ans assure qu’elle ne touche plus rien depuis mars 2015, sans que l’on sache pourquoi. « Je n’étais pas prête, a-t-elle confié. Comment est-ce que je peux payer le dentiste, les méde­cins, gérer les dépenses pour mes maisons et les voyages ? Je n’ai plus rien. » Ces deux dernières années, c’est Lloyd Klein, son compa­gnon, qui donnait de sa poche : « Je paye tout depuis un an et demi, révé­lait-il récem­ment dans le Daily Mail. Mais je ne peux plus, je suis pas Wilden­stein. Je ne suis pas aussi riche. » Et depuis leur violente alter­ca­tion de décembre dernier (Joce­lyn l’a griffé et attaqué avec des ciseaux), le styliste a décidé de s’en aller.

Désor­mais seule, la femme chat jure qu’elle n’a même plus de quoi se payer à manger. Elle va donc devoir mettre en vente quelques appar­te­ments qu’elle possède dans la luxueuse Trump Tower de Manhat­tan afin de retrou­ver un mini­mum son train de vie. Tout cela en atten­dant, bien sûr, de trou­ver une solu­tion pour que l’argent revienne : furieuse, elle envi­sage actuel­le­ment de traî­ner les Wilden­stein devant la justice pour retrou­ver sa pension alimen­taire.

Voici

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.