Modern technology gives us many things.

Senhuile réclame 550 millions à la petite commune de Fanaye

0

La société d’agrobusiness Senhuile, installée maintenant dans le Ndiael à Saint-Louis, veut solder ses comptes au sens propre du terme, avec la commune de Fanaye. Les dirigeants de Senhuile l’ont fait savoir lors d’une rencontre avec la presse tenue il y a deux jours à Saint- Louis. Et c’est d’une histoire de gros sous qu’il s’agit sur parfum de grand déballage car, Senhuile réclame le remboursement intégral de toutes les sommes versées aux autorités de la commune de Fanaye, dans le département de Podor, dont les populations ont refusé que 20 000 hectares de leurs terres lui soient octroyés. Faisant dans le déballage, Gora Seck, le président du conseil d’administration de Senhuile, révèle que pour obtenir les 20 000 hectares à l’origine de la rébellion des populations, 550 millions de francs CFA ont été versés à la commune de Fanaye pour des frais de bornage et d’autres services dont il s’est abstenu de mentionner la nature. Gora Seck s’explique ainsi : “Nous avons été attributaires de 20 000 hectares et après les événements, l’Etat a demandé à délocaliser le projet alors que nous avions versé des frais de bornage à coût de 500 millions de nos francs”, a-t-il indiqué. Gora Seck a surtout ajouté : “Nous réclamons la restitution de cette somme car nous avons rétrocédé 50 millions à ladite commune. ”Pour mieux comprendre les exigences de Senhuile à travers son PCA, il faut faire un bref rappel de la situation à l’époque où Senhuile a récompensé les 50 millions à la commune de Fanaye. En 2011, anticipant un impact désastreux sur leurs moyens de subsistance, les communautés de ce qui était la communauté rurale de Fanaye, lieu où l’investissement de Senhuile avait été prévu initialement, ont demandé l’organisation d’une consultation qui leur permettrait d’avoir accès à des informations claires sur le projet. Les autorités locales avaient refusé de se soumettre à leurs conditions, il s’en est suivi à deux reprises des confrontations entre des communautés locales et les forces de l’ordre. Deux personnes trouvèrent la mort en octobre 2011 à Fanaye. Ensuite, le président sénégalais de l’époque, Abdoulaye Wade, a déplacé le projet vers une autre zone, le Ndiael, à une centaine de km à l’Ouest de Fanaye. Depuis lors, Senhuile est devenue une joint-venture entre Senethanol et Tampieri avant que ce dernier ne prenne un contrôle total de l’affaire. La sortie de Gora Seck ce mardi conforte ceux qui, au moment de la crise à Fanaye, s’étonnaient des raisons pouvant justifier l’entêtement des autorités de cette commune à faire fi des exigences des populations pour satisfaire Senhuile. Au demeurant, Senhuile n’entend pas se contenter des 20 000 hectares de terre sur lesquels se situe son exploitation dans le Ndiael. Car mardi, Gora Seck a aussi révélé l’affectation 5000 hectares à Senhuile dans la commune de Fass Ngom dans le département de Saint-Louis. Là aussi, Senhuile n’a pas hésité à mettre la main à la poche, versant déjà 80 millions de francs CFA, comme l’a révélé Gora Seck : “Nous versons à cette collectivité la somme de 40 millions par an et ceci depuis deux ans”, a-t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.