Modern technology gives us many things.

L’Etat oublie les otages après leur libération: ils réclament des réparations

0

Les 12 ex-otages travaillant pour l’opérateur sud-africain Mechem dans le cadre du déminage de la Casamance ont réclamé, samedi à Ziguinchor, leur indemnisation, afin de permettre la prise en charge des problèmes psychologiques liés à leur enlèvement. « Aujourd’hui, nous sommes là pour parler de nos malheurs. On a beaucoup plaidé, mais rien n’a bougé. Après notre libération, nous étions confrontés à beaucoup de problèmes psychologiques que l’Etat n’avait pas pris en charge », a déclaré samedi leur porte-parole, Astou Guèye, lors d’un point de presse à Ziguinchor.
« Jusqu’à présent nous n’avons pas été indemnisés. Nous avons perdu beaucoup de choses lors de notre kidnapping par des éléments armés », a rappelé l’ex-otage. En présence de sept autres ex-otages, Astou Guèye, qui était l’infirmière du groupe, a rappelé qu’ils ont eu beaucoup de promesses après leur libération par César Atoute Badiate, un des chefs d’Atika, l’aile combattante du mouvement irrédentiste. Les 12 démineurs travaillant pour l’opérateur sud-africain Mechem, dont trois femmes, avaient été enlevés le 3 mai 2013 par des hommes armés à Kaïlou, dans la communauté rurale de Nyassia, département de Ziguinchor.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.