Modern technology gives us many things.

De la nécessité de la Ponctualité pour l’Emergence…Par NGOR DIOUMA DIONE

2

Aux Origines

A l’examen de l’origine de notre défaut de ponctualité,  j’ai  recherché dans la perception que nous avons longtemps eue du temps.  Dans nos sociétés, nous n’avions pas cette conception du temps, et donc de l’heure, comme une cette chose, épuisable et fugace qui peut  faire l’objet de perte ou de gain, et surtout qui peut être rentabilisée.  Cette conception du temps installe  les sociétés qui la perçoivent de la sorte dans une forme tyrannie de l’heure, elle les  pousse aussi à accorder de l’importance aux plus petites unités de temps (que ce soit l’heure, les Minutes ou les secondes.). Pour nous autres et nos sociétés le temps n’a  jamais été ce dictateur. Il a été pendant longtemps, souple,  élastique et défini dans des intervalles ou  des fourchettes. De  njël, Suba, yoor yoor, njoloor jusqu’à digi joor ! , il n’y a pas de  moment précis qui renvoie avec exactitude aux minutes ou aux secondes. Cette représentation peu contraignante du temps génère chez nous  une attitude zen face à son cours et sa course. 

Aujourd’hui, le défaut de ponctualité est très lié à la survivance de cette perception.  Il est fréquent de fixer un  RV    à 10H moins, ou entre 10H et 11H, sur une fourchette de temps assez large où les minutes sont occultées et donc la durée de l’attente largement variable.

Il est vrai que  nous sommes plus sereins et  tranquilles face à la course du temps et donc plus tolérables face au retard.   Mais cette sérénité est devenue un handicap dans ce monde de vitesse, de réactivité et d’exactitude.  Ceux qui ont intégré ce fait nouveau,  ont inscrit la ponctualité dans leur règle de conduite. 

Retardataires Fautifs mais pas responsables

Dans le contexte Sénégalais, pour la majorité des retardataires, le INCHALLAH qui a décoré la prise de RV est un loin d’être un INCHALLAH de religiosité, il est plutôt une stratégie de renvoie de la responsabilité d’un quelconque retard vers une volonté supérieure. Ainsi, on voit aussi que les contraintes à la ponctualité et les facteurs explicatifs des retards sont souvent recherchés en dehors de notre personne, et donc presque toujours théoriquement « indépendant de notre volonté », ce qui exclue toute tentative de d’anticipation ou de gestion de notre part. Cette externalisation  de la responsabilité face au retard

Face à l’autre, la ponctualité suggère le respect et la considération, le retard inspire exactement le contraire.  Aujourd’hui le compte et il se compte, celui qui veut compter aux yeux des autres a intérêt à le compter.

Le retard dans le retard des pays

Nous sommes d’accord que la place d’un pays est largement déterminée par les relations qu’il établit avec le monde. Et, en relation,  la ponctualité est gage de fiabilité.  C’est cette  fiabilité qui est le terreau sur lequel se cultive toute relation. 

Dans le monde actuel on cherche chaque jour une meilleure maitrise des ressources, le temps est l’une des plus précieuses de ces ressources, quand la durée d’une activité varie, elle engendre forcément des  variations dans la mobilisation des autres ressources des ressources (humaines, financières et matérielles…)   Un environnement économique de retard est un environnement générateur de coûts supplémentaires et donc répulsif pour tout bon  investisseur.

Il y a plusieurs décennies, les économistes nous disaient déjà que le développement « est la combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rend apte à faire croitre cumulativement et durablement son produit réel global ». Aujourd’hui, plus qu’hier, l’érection de la ponctualité en règle de conduite fait partie de la grande liste des changements nécessaires et obligatoires pour prétendre à un Sénégal Emergent.

Au rendez-vous du « donner et du recevoir », il faut  d’abord être à l’heure avant de pouvoir prétendre « donner » et « recevoir». 

 N.D.DIONE

Sociologue Program Manager

 

 

2 commentaires
  1. Mame Saadi DIOP dit

    Réflexion Très Pertinente Grand frère…Je te souhaite une bonne continuation;

  2. Respect dit

    Jambar,
    Wakhati nga dé. C’est toujours un plaisir de te lire, tes réflexions sont pointues et jamais spontanée c’est ce qui fait ta force.
    Malheureusement dans ce pays on préfère discuter et commenter les diatribes de Adja Ndoye, les enfantillages de Elhadji Diouf, les démêlés de Lic Nicolai ou le Davala « Turquien » de Balla Gaye 2.
    Voilà les Intérêts de notre société qui est à l’image de son rendez vous « imponctuel » avec l’histoire.

    Ah si nos confrères qui nous tympanisent dans les médias pouvaient seulement te demander conseil… suis mon regard

    Merci de continuer ainsi

    Toi même sais qui écrit, du pays

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.