Modern technology gives us many things.

Révélations sur la libération des otages français : 7 millions de dollars…

otages français au camerounQuelques jours après, le voile se lève peu à peu sur les conditions de la libération des otages français enlevés le 19 février dernier à Dabanga dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Les sept membres de la famille Tanguy Moulin-Fournier ont été libérés le 19 avril 2013 entre 2 et 4h du matin. Ils ont été récupérés à deux kilomètres de Banki, précisément à Narikou, une bourgade rétrocédée au Cameroun à la suite de la décision de l’arrêt de la Cour de Justice de la Haye, dans le cadre de l’affaire Bakassi intervenue en octobre 2012. Là, une rivière fait office de frontière entre le Cameroun et le Nigeria, et en saison sèche comme c’est le cas actuellement, la traversée se fait tranquillement pour les piétons.

De sources concordantes nigérianes, les intermédiaires ont conduit les otages au lieu de leur libération à bord de deux véhicules, dont une Toyota Prado suivie d’un pick-up neuf. Le petit convoi était escorté de deux motos. Tout ce beau monde a été aperçu à Banki aux environs de 20h, puis, le convoi, trop voyant, est reparti vers le village Barkari se remettre au vert, avant de rejoindre péniblement le lieu du rendez-vous. Au total, le convoi comportait une vingtaine de personnes, otages et intermédiaires de l’escorte compris.

Une fois l’échange fait, l’équipe camerounaise chargée de récupérer les otages, constituée pour l’essentiel des hommes du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR), a immédiatement repris la route pour Maroua. Les otages ont été directement conduits à l’aéroport de Maroua où, arrivés autour de 6h, ils ont embarqué dans un avion militaire de fabrication chinoise de l’armée camerounaise.

Rançon

Les indiscrétions nigérianes recueillies à Maiduguri, fief de Boko Haram, parlent d’une rançon oscillant entre 5 et 7 millions de dollars versée par les négociateurs camerounais via des intermédiaires. Le versement, toujours selon des sources à Maiduguri, se serait déroulé en plusieurs étapes, par des circuits complexes.

Quant à la provenance de la rançon, aucun doute côté nigérian. «D’où que puisse venir l’argent, c’est le Cameroun qui a réglé officiellement la note. Il peut l’avoir fait spontanément, par humanisme, parce que les otages ont été pris sur son territoire et qu’il avait une dette morale à leur égard. Il peut l’avoir fait pour améliorer ses bonnes relations avec la France et espérer en tirer des dividendes en termes d’image, de réduction de la dette… Il peut avoir été un simple transporteur de valises et que l’argent a été versé par des tiers… Si vous cherchez l’origine des rançons, autant remonter les comptes des paradis fiscaux. La seule certitude, c’est que l’argent a été versé par les négociateurs camerounais. Maintenant que l’affaire s’est bien terminée, le plus difficile commence pour nous: remonter la chaîne depuis les bandits qui ont kidnappé les otages jusqu’à ceux qui ont encaissé l’argent», ricane notre source nigériane.

 

(Cameroun-Info.Net 25/04/2013)

 

Les commentaires sont fermés.