Modern technology gives us many things.

Mali. Les vrais avantages du capitaine Sanogo : le décret qui dévoile tout…

dioncounda sanogoEn effet, le décret n°2013-043/P-Rm du 22 janvier 2013 fixe les avantages accordés aux membres et au Secrétaire général du Comité militaire de suivi de la Réforme des forces de défense et de sécurité. Son président, le Capitaine Amadou Aya Sanogo, bénéficie d’un traitement de 2 500 000 F CFA et d’autres avantages comme l’indemnité de responsabilité et la prime de sujétion pour risque qui sont de 300 000 et 250 000 F CFA, une indemnité de logement de 500 000 F CFA, une indemnité forfaitaire d’entretien au titre de la consommation d’eau, d’électricité et de téléphone de 400 000 F CFA, une prime d’installation de 2 500 000 F CFA, un véhicule de fonction, la gratuité des soins et examens médicaux, une Assurance couvrant les accidents de transport par voie aérienne ou de surface.

Bonnes gens, si ce ne sont pas des avantages exorbitants, c’est quoi d’autre ? Que la déclaration provienne d’un authentique capitaine au front ou pas, elle soulève une question récurrente : le cas Sanogo. En attendant, le décret, lui, n’est pas faux. Diable, quels services ce soldat a-t-il bien rendu à son pays pour mériter pareilles marques d’attention ?.

Le coup d’Etat qui a permis l’occupation du nord par les Djihadistes peut-être ! Au lieu d’aller à la guerre, ne serait-ce que pour haranguer la troupe, il préfère faire le brave engoncé dans son fauteuil de Kati ou se pavaner en ville avec une forte escorte. Sa bataille préférée, celle des postes, il la livre à Bamako, dans les artères de la ville. Jamais plus loin en faubourgs ou en périphérie ! Et pour ça, le décret lui octroie une prime de risque !

Il est vrai que, côté pouvoir, il inspire plus la crainte que le respect. Ce n’est pas l’ancien Premier ministre Modibo Diarra qui dira le contraire, lui à qui l’impulsif capitaine a intimé l’ordre d’aller annoncer en plein midi sa démission à la radio. Encore moins le président par intérim Dioncounda Traoré qui ne peut oublier la raclée mémorable qui a failli l’envoyer ad patres, avec la complicité de la junte. C’est humain la peur, avec un rapport de force qui penche totalement en faveur de l’autre. Alors, on signera pour l’homme de Kati autant de décrets qu’il désire. En attendant que le capitaine Sanogo tombe un jour sur plus garçon que lui.

Issa K. Barry/L’Observateur Paalga

Les commentaires sont fermés.