Modern technology gives us many things.

Domaine public maritime : Un bail de 9 milliards attribué à un promoteur à la Somone

dpmLa boulimie foncière qui a caractérisé la gouvernance de l’ancien régime n’a épargné la Somone. Par un décret signé en 2009, le chef d’Etat d’alors, Me Abdoulaye Wade, avait fini d’ouvrir grandement la porte des dérives en aliénant une grande partie du domaine public maritime.

Il a été attribué un terrain à un promoteur hôtelier en plus de l’ancien site de l’hôtel Baobab contre un bail de près de neuf (9) milliards de francs Cfa.

Alors que les populations des villages environnants de la Lagune de la Somone s’inquiètent toujours face à son ensablement croissant, annonciateur d’une mort programmée de ce bassin au niveau de sa jonction avec la mer, voilà qu’elles doivent faire avec une autre menace, celle de la boulimie foncière.

Un décret du président Abdoulaye Wade datant de 2009 avait en effet fini d’aliéner une grande partie du domaine public maritime, ouvrant du coup grandement la porte à toutes sortes de dérives. A cause de ce texte, un promoteur hôtelier a contracté sur cet espace un nouveau bail pour un coût de près de neuf (9) milliards de F Cfa sur cet espace, en plus de l’ancien site de l’hôtel Baobab.

Aussi, les travaux d’extension de l’hôtel Baobabs actuellement en cours au niveau de la Lagune de Somone ne sont-ils pas sans créer une véritable catastrophe écologique. La quantité de béton déversé sur le chantier qui jouxte la réserve naturelle intercommunautaire de la Somone agresse dangereusement le domaine public maritime. Naguère déployée sur des kms de sable fin, la plage ne cesse de rétrécir, victime de la privatisation dont elle est l’objet.

Des chiens de race sont mobilisés à côté de vigiles qui veillent au grain et se présentent en symbole d’un nouvel occupant ou conquérant moderne de l’environnement maritime. Sanctuaire pour les oiseaux migrateurs et source de revenus pour plusieurs villageois vivant de l’exploitation de ses potentialités, la Lagune de la Somone est en train de mourir lentement mais sûrement de sa belle mort. Les populations riveraines qui n’en peuvent plus de se voir déposséder de leurs espaces et leur «gagne-pain» avaient d’ailleurs fini par manifester leur désapprobation. C’est ainsi que des éléments de la société civile locale, des élus locaux, des exploitants riverains de la Lagune et des jeunes qui avaient cherché à y voir clair depuis plusieurs mois ont organisé une manifestation sur le site en question. Interpellés pour des présomptions de destruction d’un mur ou d’ouvrages en cours de réalisation, cinq conseillers municipaux de la commune et un hôtelier mis en cause qui avaient été déférés au parquet de Thiès ont écopé une peine assortie du sursis.

Les services de l’environnement interdisent, Youssou Ndour cautionne

Saliou Mbodji, le président des éco-gardes, un des sursitaires, dénonce la poursuite des travaux. L’homme qui a rencontré la direction de l’hôtel Baobabs pour y voir plus clair sera surpris d’apprendre de cette dernière que le site en question (revendiqué par les populations) a été intégré dans une parcelle du titre foncier de l’Etat (n 1238/MB, 451/MB). Grande a été son amertume. C’est pourquoi il condamne «l’attitude incompréhensible» des nouvelles autorités du pays qui «voient un patrimoine naturel communautaire aller en péril sans réagir».

Pour autant, le combat n’est pas terminé. Des voix continuent de s’élever pour réclamer le rétablissement des populations dans leurs droits. La société civile et certains mouvements affiliés s’évertuent à rassembler toutes les pièces administratives pour contrecarrer le projet, avec comme «seule motivation, le partage avec tous, la sauvegarde de la plage jouxtant un cours d’eau naturel» qu’ils ont toujours connu. Suffisant pour qu’ils en appellent aux autorités étatiques pour une rectification d’une dérive autoritaire reléguant la nature au second plan dans un monde sujet à des changements climatiques. Il y va de l’intérêt supérieur des populations locales qui prime, selon eux, sur celui d’un promoteur bailleur construisant de surcroit sur une zone non aedificandi.

Pourtant, a-t-il rappelé, les autorités du service régional de l’environnement de Thiès avaient sommé le promoteur d’arrêter les travaux. Cette décision était motivée par ce qu’elles qualifiaient de «manquements liés au non-respect du Code de l’environnement» à l’époque, mais en vain. Cette mesure et l’appel des populations étant jusque-là tombés dans l’oreille d’un sourd, les travaux d’extension peuvent continuer de plus belle car ayant obtenu l’onction du ministre du Tourisme, Youssou Ndour, qui a procédé à la pose symbolique de la première pierre de ces aménagements.

Les commentaires sont fermés.